Rapaces nocturnes...Il faut mener l’enquête

vendredi 7 février 2014 par David NEAU (Salarié)

Enquête Rapaces Nocturnes

Les chouettes et les hiboux ont longtemps pâti d’une mauvaise réputation et suscité nombre de croyances dont certaines ont sonné le glas pour beaucoup d’oiseaux. Et pourtant, si l’Homme était un animal nocturne, peut-être n’aurait-il jamais prétendu que la Chouette hulotte n’était pas ce chat hurlant au fond des bois… Il est vrai que les rapaces nocturnes sont loquaces. Miaulements, chuintements, hululements… voici de beaux indices de présence sonores pour des espèces fantômes qui peuplent nos bois et forêts, du bocage au cœur des villes. Le Jardin Vert à Angoulême et le Bois des Mérigots (commune de l’Isle d’Espagnac), pourtant enclavés dans le tissu urbain, s’honorent même de la présence de la Chouette hulotte ! Chouette hulotte©D Wolf

Des oiseaux protégés

La région Poitou-Charentes compte sept des neuf espèces de rapaces nocturnes présentes dans l’hexagone. Si la totalité est protégée au niveau national, le Petit-duc scops (un hibou de la taille d’un étourneau), et la Chevêche d’Athéna sont inscrits sur la Liste Rouge des oiseaux nicheurs en région Poitou-Charentes. Ainsi, ils bénéficient d’un statut de conservation spécifique qui nécessite de leur porter une attention particulière en cas de modification de leur domaine vital, qu’il soit territoire de chasse ou site de reproduction. En outre, il existe localement des noyaux de population de rapaces nocturnes qui permettent d’assurer une continuité dans leur répartition géographique. Il est donc nécessaire de les conserver.

Malgré tout, l’affinité nocturne des chouettes et des hiboux laissent planer bien des doutes dans l’estimation de leurs populations au niveau régional. Les collisions avec les véhicules automobiles sont une des causes les plus importantes de mortalité chez les oiseaux, jusqu’à 50 % en moyenne chez la Chouette effraie. Cela n’influe-t-il pas sur leur répartition ? Qu’en est-il pour les espèces plus sensibles, inscrites en Liste Rouge régionale ? Finalement, les chouettes et les hiboux sont-ils aussi présents…(ou absents !) comme on pourrait l’imaginer ?

Hibou moyen-duc©Charente Nature Il faut mener l’enquête !

Pour répondre à ces questions, une grande enquête régionale, menée sous l’égide de Poitou-Charentes Nature avec le soutien financier de la Région Poitou-Charentes, de l’Union Européenne (FEADER) et de la Fondation Lisea biodiversité, a débuté en 2013, pour une période de trois ans. En raison des autres missions naturalistes pour lesquelles Charente Nature était déjà engagée, nous ne pouvions commencer les recensements cette première année. Ainsi, en 2014, l’association rejoint ses partenaires : la LPO Vienne, la LPO Charente-Maritime et le Groupe Ornithologique des Deux-Sèvres (coordinateur technique régional) afin de mener à bien ce projet.

La méthodologie consiste à effectuer deux passages sur deux périodes différentes, respectivement entre le 15 février et le 15 mars et entre le 15 mai et le 15 juin, l’objectif étant de contacter un maximum d’espèces… chanteuses ! Si la Chouette hulotte et le Hibou moyen-duc se manifestent particulièrement dans cette première période, il faut attendre le mois de mai pour écouter le sifflement du Petit-duc scops, seul rapace nocturne strictement migrateur qui hiverne en Afrique. Le mois de juin se prête également aux appels des jeunes Hiboux moyens-ducs, beaucoup plus volubiles que les adultes. Pour la Chevêche d’Athéna et à l’Effraie des clochers, il est possible de les entendre durant ces deux périodes.

L’ensemble de la région ne pouvant être couvert, le territoire a été découpé en mailles (carrés de 5 km de côté), puis un tirage au sort a permis de sélectionner, pour la Charente, les 9 carrés à prospecter cette année sur les communes de :

- Ansac-sur-Vienne, - Lesterps,
- Anville / Montigné, - Pérignac,
- Champagne-Mouton, - Rouffiac/Chalais,
- Chasseneuil, - Sauvignac,
- La Couronne / Saint Michel

25 points d’écoute ont été disposés sur chaque maille, l’objectif étant de contrôler la présence des rapaces nocturnes sur chacun de ces points. En région, c’est un total de 800 points d’écoute qui ont été répartis à travers les départements. En 2015, de nouvelles mailles seront inventoriées.

Nos prospecteurs suivront un protocole d’enquête précis en consacrant huit minutes sur chaque point pour écouter et cartographier l’ensemble des rapaces nocturnes contactés. Ceci représente deux à trois soirées pour couvrir l’ensemble des points de la maille. Ce protocole fera l’objet d’une soirée de formation organisée à Rouffiac le 15 février 2014 à partir de 18h30 (rendez-vous devant l’église de la commune). Vous êtes tous invités à y participer !

Actions, sensibilisation L’enquête « Rapaces nocturnes » a également une vocation pédagogique :

- Quatre programmes pédagogiques sont menés auprès de quatre classes du département : deux classes de l’école d’Aunac, une classe à l’école de Châteauneuf-sur-Charente et une classe à l’école de Bonnes.

- La pose ciblée de plusieurs nichoirs en collaboration avec les écoles des communes concernées, les habitants des communes ainsi que la municipalité. Pourquoi ne pas en profiter pour leur demander la réouverture du clocher si celui-ci est condamné ?

- Une soirée grand public avec présentation d’un diaporama et une sortie sur le terrain (lieu et date à définir).

Chevêche d'Athéna©Charente Nature

Si vous souhaitez découvrir les rapaces nocturnes, n’hésitez pas à participer à cette grande enquête ! Matthieu Dorfiac ou David Neau, chargés d’études à l’association Charente Nature, sont à votre disposition pour toute information complémentaire (Tel : 05.45.91.89.70).

L’enquête permettra d’estimer réellement la distribution de la Chevêche d’Athéna, inscrite en Liste Rouge régionale

Bibliographie :

http://catalogue.setra.fr/documents…


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | Espace privé | visites : 828331

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ACTIVITES  Suivre la vie du site Activités naturalistes  Suivre la vie du site • Faune  Suivre la vie du site Ornithologie   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License