Photos du mois d’Octobre 2016

jeudi 29 septembre 2016 par WOLF Didier (Bénévole)

Souci (Colias croceus) : Bien que ce papillon très commun puisse se rencontrer à partir du mois de mai, c’est surtout en fin d’été et début d’automne qu’il devient très fréquent dans toutes sortes de lieux herbus fleuris. Ce papillon au vol actif effectue chaque année une migration du sud vers le nord de l’Europe, dont l’ampleur dépend des conditions météorologiques. Fabrice CADILLON

Piéride du navet (Pieris napi) : Lépidoptère de la famille des Piéridés, possède des nervures bien distinctes en dessous des ailes. Est commune et très largement répandue en Europe. Les adultes, très floricoles, peuvent être observés de mars à novembre en une à quatre générations. Les œufs, jaune verdâtre, sont pondus isolément sur diverses Brassicacées et ont une période d’incubation de huit à dix jours. Les chenilles, vertes, consomment les feuilles et les bourgeons floraux. L’espèce hiverne à l’état de chrysalide, de couleur vert clair. Contrairement à ce que son nom vernaculaire laisse supposer, la Piéride du navet n’a jamais été observée sur cette plante. Sources : Guide des plus beaux papillons et leurs fleurs favorites et inpn.mnhn.fr. Cédric & Stéphanie FERRAN.

Petit mars changeant (Apatura ilia) : Ce Nymphalidé répandu en France et d’abondance très variable selon les années, est inféodé aux ripisylves, bois riverains des cours d’eau et des lacs, bois clairs et lisières. Vole en deux générations fin mai-juillet puis août à mi-octobre. Les pratiques agricoles qui éliminent les arbres non exploitables (saules, trembles) menacent ce papillon qui se raréfie localement. Source : Papillons de jour, Tristan Lafranchis. Didier WOLF

Myrtil (Maniola jurtina) : Appartenant à la famille des Nymphalidés, ce papillon figure parmi les plus communs en France. Fréquente les bois clairs, les lisières de forêts, les talus et les prairies fleuries où d’importantes populations peuvent être recensées. Sa période de vol se situe entre mai et septembre. Sa chenille se nourrit de graminées diverses, mais les imagos butinent souvent les ronciers, les buddleias et les centaurées. Est très répandu et abondant en Europe et en France. Livre consulté : Tristan Lafranchis les papillons d’Europe. Albert & Monique BRUN

Silène (Brintesia circe) : Comme de nombreux autres papillons de grande taille (6 à 7 cm d’envergure) ce papillon est remarquable par son vol puissant et le recto de ses ailes sombres barrées de grandes barres blanches. Mais il est quasiment invisible une fois posé car il replie ses ailes, ne dévoilant que la livrée cryptique de leur verso. En France, ce papillon ne se rencontre que dans les lieux herbus secs de la moitié sud. Fabrice CADILLON

Zygène de la bruyère (Zygaena fausta) : Lépidoptère de la famille des Zygaenidés, ses ailes antérieures sont noires avec des tâches rouge vermillon cernées de blanc. Elle se distingue par sa collerette rouge. Insecte pollinisateur présent dans presque toute la France. Les imagos apparaissent en deux générations annuelles se chevauchant. Les chenilles se développent sur des Fabacées telles que la Coronille à gaine et la Coronille naine. Sources : Guide des plus beaux papillons et leurs fleurs favorites et fr.wikipedia.org/wiki/Zygène_de_la_bruyère. Cédric & Stéphanie FERRAN.

Écaille chinée (Euplagia quadripunctaria) : Bien qu’appartenant aux Hétérocères (papillons de nuit), ce papillon est actif aussi bien le jour que la nuit. En vol, ce papillon se remarque aisément par sa grande taille (entre 5 et 7 cm d’envergure) et par la couleur rouge vif de ses ailes anétérieures (ici, au repos, ses ailes antérieures sont complètement recouvertes par les postérieures). Ce papillon est très commun et se rencontre dans différents milieux car ses chenilles peuvent se nourrir sur une grande diversité de végétaux (orties, ronces, sauge des prés, etc). Fabrice CADILLON

Timandre aimée (Timandra comae) ou Phalène anguleuse : Ce papillon de nuit, appartenant à la famille des Geometridés est actif en journée et se nourrit dans divers milieux, tels que les bords de chemins ou d’étangs, les prairies ou les coteaux en friche. Vole en deux générations d’avril à septembre. Sa chenille affectionne les oseilles et les renouées tout particulièrement mais ne dédaigne pas d’autres herbacées. Elle est présente dans toute la France.Source : Robineau, 2011.Guide des papillons nocturnes de France Delachaux & Nestlé. Albert & Monique BRUN

Géomètre à barreaux (Chiasmia clathrata) : Est un Lépidoptère de la famille des Géométridés visible d’avril à septembre en deux générations. Le papillon fréquente les prairies fleuries, les friches et se tient posé les ailes ouvertes, quadrillage noir sur fond blanc plus ou moins jaunâtre. Ici au repos quelques instants sur le bras de notre collègue, en cette heure matinale précédant notre sortie sur le terrain. L’espèce, commune et répandue partout en France, hiverne à l’état de chrysalide (papillon-poitou-charentes.org). Réjane PAQUEREAU

Chenille de la Noctuelle de l’érable (Acronicta aceris) : Est une espèce de papillon nocturne appartenant à la famille des Noctuidés. Elle vole principalement dans les bois, de mai à août en deux générations. Sa chenille ici rencontrée dans une lande boisée, passe difficilement inaperçue avec ses couleurs vives. Celle-ci se nourrit de feuilles d’érable, de chêne, de tilleul et divers autres feuillus. Est présente partout en France. Site consulté : aramel.free.fr. Albert & Monique BRUN

Epeire à 4 points ou Epeire carrée (Araneus quadratus) : Doit son nom aux 4 taches blanches pointées de noir, disposées en trapèze et bien visibles sur l’abdomen de cette Grande Araneidé. Le céphalothorax est brun avec une bande médiane sombre, les pattes annelées de noir. La toile en forme de roue (toile orbiculaire à moyeu fermé) est toujours construite tout près du sol, les criquets constituant une large part des insectes capturés. Cette femelle à l’abdomen arrondi -une belle forme brun roussâtre- était bien dissimulée dans sa loge de soie, au revers d’une ombelle desséchée. Les oeufs, nombreux, seront pondus dans un cocon fait de soie laineuse jaune, fixé à une plante et sensé les protéger du gel. Les jeunes se disperseront au printemps prochain. Familière des hautes herbes, des friches, des landes mais aussi des parcs et des jardins, l’espèce souffre certainement dans certains secteurs des broyages de fin de saison. Réjane PAQUEREAU

Empuse pennée (Empusa pennata) : Insecte de la famille des Empusidés que l’on retrouve principalement sur le pourtour méditerranéen mais aussi jusqu’au sud-ouest avec une limite d’aire en Charente-Maritime. Fin juin les femelles adultes laissent une petite oothèque contenant les œufs dans la nature. A la fin de l’été sortent de ce petit cocon une douzaine d’empuses pennées que l’on appelle à ce stade diablotin. Ils passeront l’hiver à ce stade, tandis que les adultes mourront, et deviendront adultes au mois de mai, le cycle recommençant. Les empuses se nourrissent de petites proies, surtout des mouches. Sur les photos il s’agit du diablotin femelle, il a l’allure frêle du phasme, les armes d’une mante religieuse et une tête de monstre de science-fiction. Il peut rester immobile pendant des heures dressé sur ses quatre pattes arrières ou la tête en bas. Sources : animateur-nature.com/gros_plans/diablotin.html et Wikipédia. Cédric & Stéphanie FERRAN.

Le diablotin est la larve de l’Empuse commune (Empusa pennata) de la famille des Empusidés dont la proche cousine est la mante religieuse. Doit son nom aux "cornes" ou excroissances au niveau du vertex dont il se pare. Naît à la fin de l’été en sortant d’un cocon appelé oothèque. A sa naissance, il diffère de l’adulte par sa petite taille, son abdomen recourbé et par l’absence de ses ailes. Cet insecte fascinant passe l’hiver à l’abri par temps froid et au soleil lorsque le temps le permet. Les milieux ouverts et ensoleillés, les friches sont ses milieux de prédilection dans lesquels il chasse à l’affût les insectes comme les mouches et les orthoptères. En mai-juin, ont lieu les accouplements, puis les pontes. Les adultes meurent en juillet alors que les premiers diablotins voient le jour, ainsi le cycle recommence… Cette espèce est présente sur le pourtour méditerranéen et dans l’ouest, limite nord de son aire de répartition. Ce mantoptère est déterminant en Poitou-Charentes. Livre consulté : Michaël Chinery Insectes de france et d’Europe occidentale. Albert & Monique BRUN

Mante religieuse (Mantis religiosa) : Cet insecte est bien connu mais pas souvent observé car il passe facilement inaperçu grâce à sa forme longiligne et à sa capacité d’homochromie (sa couleur dépend de son environnement). En effet, si l’on a l’habitude de voir des mantes religieuses vertes, elles peuvent être jaune paille lorsqu’elles vivent dans les herbes sèches. Cette capacité leur sert surtout à capturer des proies car les mantes sont de grandes prédatrices : elles peuvent s’attaquer à des proies aussi grandes qu’elles. De septembre à novembre, les femelles pondent, sur des pierres ou des murs, des oothèques contenant 200 à 300 oeufs. Ces oothèques sont constituées d’une soie blanche dont les propriétés sont proches du polyuréthane : une fois qu’elle a durcie, elle prend une teinte marron et protège les œufs jusqu’au printemps. Fabrice CADILLON

Mauve musquée (Malva moschata) : Cette belle Malvacée vivace se rencontre de préférence dans les chemins herbeux et les prairies, en sols siliceux. Sa floraison s’étale de juin à septembre voire octobre, en bonne exposition. Ses grandes fleurs roses ont une odeur musquée caractéristique. Ses fleurs et ses feuilles sont utilisées en phytothérapie. Flore consultée : Les plantes de Dordogne Bernard et Nicole Bédé - Jean-Claude Martegoute. Albert & Monique BRUN

Sympétrum strié ou fascié (Sympetrum striolatum) : Libellulidés reconnaissable aux côtés du thorax avec deux bandes jaunes entourant une bande rouge médiane à maturité, aux pattes rayées de noir et de jaune. Espèce très commune dans nos régions. Fréquente les eaux stagnantes et faiblement courantes ensoleillées, même saumâtres ou légèrement polluées. A une forte capacité d’expansion. Didier WOLF

Trithémis annelé ou Trithémis pourpré (Trithemis annulata) : Evoque incontestablement d’autres Libellulidés comme Sympetrum sanguineum ou surtout Crocothemis erythraea mais s’en différencie par sa coloration vineuse due à une pruinosité violacée qui recouvre le rouge du thorax et de l’abdomen. Une large tache ambrée est bien visible à la base des ailes aux nervures rouge-vif sur toute leur surface. Ici un mâle mature perché dans la "position de l’obélisque" et qui défendait avec vigueur ses quelques mètres de berge au bord de l’étang. L’espèce est en pleine expansion vers le Nord. D’origine africaine, elle a été découverte en Espagne en 1978, en France continentale en 1994 et les 1ères mentions en Poitou-Charentes datent de 2005 pour la Charente-Maritime (Libellules du Poitou-Charentes). Quelques individus mâles et une femelle ont été signalés cet été en Charente, une première pour le département (photos sur faune-charente.org). Réjane PAQUEREAU

Phanéroptère méridional (Phaneroptera nana) : Orthoptère de la famille des Tettigoniidés qui a une répartition plus méridionale mais qui a récemment étendu son territoire en France pour atteindre la Somme et le Bas-Rhin. Les adultes sont présents d’août à octobre. Le régime est végétarien. Est localement abondante, même dans les buissons des parcs et jardins où son mimétisme permet une indifférence totale à la présence humaine. Apprécie la chaleur du soleil, en particulier matinal, en étendant ses pattes postérieures vers l’arrière dans le prolongement du corps. Peut coexister avec la Leptophye ponctuée. Ces deux espèces ne s’inquiètent que si on les touche. Le chant est un strident cliquetis métallique émis surtout de nuit. Source : fr.wikipedia.org/wiki/Phaneroptera_nana. Cédric & Stéphanie FERRAN.

Criquet blafard (Euchorthippus elegantulus) : Fréquente les milieux herbacés thermophiles. S’intensifie par ses ailes au repos aussi longues que les élytres, les carènes du pronotum fines et saillantes. Chez les mâles les élytres atteignent généralement la base des genoux postérieurs alors que chez les femelles elles en dépassent toujours le milieu et atteignent souvent la base. Les antennes sont toujours claires à l’apex. Ici une femelle. Source : Cahier d’identification des Orthoptères éditions Biotope. Didier WOLF

Criquet des bromes (Euchorthippus déclivus) : Fréquente les milieux herbacés secs et bien exposés dans le Nord de son aire de distribution, milieux frais voire humides au Sud. Au repos les ailes sont plus courtes que les élytres, les carènes latérales du pronotum sont larges et peu saillantes. Chez le mâle les élytres n’atteignent pas la base des genoux postérieurs, chez les femelles elles ne dépassent pas le milieu. Les antennes sont concolores. Source : Cahier d’identification des Orthoptères éditions Biotope. Didier WOLF

Criquet duettiste (Chorthippus brunneus brunneus) : Apprécie les milieux perturbés avec un faible recouvrement végétal. Élytres longs et étroits dépassant toujours les genoux postérieurs. Les champs sous-costal et costal très faiblement élargis. Source : Cahier d’identification des Orthoptères éditions Biotope. Didier WOLF

Criquet marginé (Chorthippus albomarginatus) : Fréquente une large gamme de milieux herbacés secs à humides. Se reconnait à ses carènes latérales du pronotum droites et plus ou moins parallèles.Le champ radial de l’élite est brusquement élargi et la nervure radiale est sinueuse. Espèce généralement beige ou verte, l’abdomen du mâle n’est jamais rougeâtre. Source : Cahier d’identification des Orthoptères éditions Biotope. Didier WOLF

Criquet mélodieux (Chorthippus biguttulus) : Fréquente une large gamme de milieux herbacés secs à méso-humides. Se reconnait à ses élytres brusquement rétrécis dans le dernier tiers. Le champ sous-costal est brusquement élargi et relativement large, nervures sous-costale et radiale presque parallèles dans le tiers médian. Espèce très commune. Source : Cahier d’identification des Orthoptères éditions Biotope. Didier WOLF

Criquet pansu (Pezotettix giornae) : Fréquente les milieux herbacés chauds et de préférence secs, également les milieux humides dans le Sud. Petite espèce confondue avec des larves, gris terne, brun-jaune à brun-noir, moucheté de sombre. Tubercule prosternal large, quadrangulaire. Tibias postérieurs jaunâtres et bruns (surtout dessous). Élytres petits. Source : Cahier d’identification des Orthoptères éditions Biotope. Didier WOLF

Criquet tricolore (Paracinema tricolor bisignata) : Fréquente les milieux humides thermophiles. Se reconnait aux bandes sombres seulement sur la partie antérieure du pronotum n’atteignant pas le bord postérieur. Tibias rouges clair. Souvent dans les roselières. Source : Cahier d’identification des Orthoptères éditions Biotope. Didier WOLF

Criquet vert-échine (Chorthippus dorsatus) : Fréquente un large gamme de milieux herbacés, avec une préférence pour les milieux mésomorphes à humides. Se reconnait à ses carènes latérales du pronotum nettement infléchies. Le champ radial de l’élite est faiblement élargi et la nervure radiale est droite. Couleur variable, l’abdomen du mâle est souvent rougeâtre. Source : Cahier d’identification des Orthoptères éditions Biotope. Didier WOLF

Pélodyte ponctué (Pelodytes punctatus) : Ce petit crapaud persillé (4,5 cm de long seulement) à un museau arrondi. La présence de petites pustules vertes lui vaut le nom de "ponctué" mais aussi le surnom de "grenouille persillée". Comme pour les autres grenouilles, la reproduction se fait en milieu aquatique : le couple en amplexus (duo copulatoire) tourne autour d’une tige choisie comme support de ponte. Le mâle sort les ovules en tirant sur le cordon avec ses orteils et les arrose de sperme. Le cordon est sectionné et reste fixé à la tige ; une autre brindille est choisie et le manège recommence. Fabrice CADILLON

Bouscarle de Cetti (Cetti cetti) : Cette photo a été prise lors une session de baguage assurée par Matthieu Dorfiac dans le cadre d’un suivi des oiseaux migrateurs coordonné par le CRBPO (Centre de Recherche par le Baguage des Populations d‛Oiseaux). Cette espèce d’origine méditerranéenne semble être en progression dans notre région. Inféodée aux buissons denses des milieux humides, cet insectivore sédentaire est sensible aux hivers rudes. Oiseau pas facile à observer se manifeste par son chant sonore et brusque. Danièle RAINAUD

Gorgebleue à miroir (Lusinia svecica namnetum) : Ces photos ont été prises lors une session de baguage assurée par Matthieu Dorfiac dans le cadre d’un suivi des oiseaux migrateurs coordonné par le CRBPO (Centre de Recherche par le Baguage des Populations d‛Oiseaux). Les individus nicheurs de la Normandie aux pays Baltes transitent par le Poitou-Charentes pour rejoindre l’Afrique. Le Gorgebleue de Nantes (Lusinia svecica namnetum) niche en Poitou-Charentes. Cette espèce endémique du littoral atlantique est inscrite comme « quasi menacée » dans la liste rouge des oiseaux du Poitou-Charentes. Source : Les oiseaux du Poitou-Charentes. Danièle RAINAUD

Elanion blanc (Elanus caeruleus) : Depuis 1990 l’espèce se reproduit dans le Sud-Ouest avec en 1994 130-150 couples recensés. L’espèce reste fidèle à ses sites de nidification des années précédentes avec un succès reproducteur relativement bon. En dehors de l’Aquitaine, l’extension progressive de l’espèce sur le territoire national se poursuit. Une reproduction certaine en Deux-Sèvres et aucune rapportée en Poitou-Charentes. Cet individu a été observé en Nord Charente. Source : Ornithos Mars-Avril 2016 (N°18). Didier WOLF

Rat noir (Rattus rattus) : Vit en majeure partie en commensal de l’homme, mais peut dans les régions méditerranéennes, vivre dans les arbres. Pénètre beaucoup plus dans les habitations que le Surmulot. Principalement nocturne. Grimpe et bondit remarquablement. Creuse peu ou pas du tout. Nage peu ou de mauvais gré. Plus effronté, plus remuant et moins prudent que le Surmulot. Vit peu dans la nature. Nid souvent installé à l’étage des habitations. Piaille, crie, hurle. Source : Guide des mammifères d’Europe Delachaux & Niestlé. Didier WOLF

Cerf élaphe (Cervus elaphus) : Cette année la clémence de la météo avec des ciels sans nuage a favorisé l’expression des mâles au moment du brame. En forêt libre de belles rencontres ont pu être réalisées, mais il est toujours aussi difficile d’obtenir des clichés. Didier WOLF


Portfolio

Souci, 29_09_2016_Montmoreau, Fabrice CADILLON Piéride du navet, 03_09_2016, lac de , Cédric & Stéphanie FERRAN Petit mars changeant, 07_09_2016, Marais de Longré, Didier WOLF Petit mars changeant, 02_09_2016, La Couronne, Didier WOLF Petit mars changeant, 02_09_2016, La Couronne, Didier WOLF Petit mars changeant, 02_09_2016, La Couronne, Didier WOLF Myrtil, Albert & Monique BRUN Silène, 01_09_2016, Condéon, Fabrice CADILLON Zygène de la bruyère, 24_09_2016, Le Treuil, Cédric & Stéphanie (...) Zygène de la bruyère, 24_09_2016, Le Treuil, Cédric & Stéphanie (...) Ecaille chinée, 04_09_2016, Péreuil, Fabrice CADILLON Timandre aimée, Albert & Monique BRUN Noctuelle de l'érable, Albert & Monique BRUN Epeire à 4 points, 28_09_2016, Verdille, Réjane PAQUEREAU Diablotin femelle, 24_09_2016, Le Treuil, Cédric & Stéphanie (...) Diablotin femelle, 24_09_2016, Le Treuil, Cédric & Stéphanie (...) Diablotin, Albert & Monique BRUN Empuse commune, Albert & Monique BRUN Mante religieuse, 23_09_2016, Péreuil, Fabrice CADILLON Mante religieuse, 03_09_2016, La Rochebeaucourt, Didier WOLF Mauve musquée, Albert & Monique BRUN Sympétrum strié, 12_09_2016, Didier WOLF Sympétrum strié, 12_09_2016, Didier WOLF Trithémis pourpré, 11_09_2016, Voulgézac, Réjane PAQUEREAU Trithémis pourpré, 11_09_2016, Voulgézac, Réjane PAQUEREAU Trithémis pourpré, 12_09_2016, Voulgézac, Didier WOLF Trithémis pourpré, 12_09_2016, Voulgézac, Didier WOLF Phanéroptère méridional, 24_09_2016, Le Treuil, Cédric & Stéphanie (...) Phanéroptère méridional, 24_09_2016, Le Treuil, Cédric & Stéphanie (...) Criquet blafard, 10_09_2016, Chèrves-Richemeont, étang d'Orlut, Didier (...) Criquet des bromes, 23_09_2016, Jauldes, Combe de Renaud, Didier (...) Criquet duettiste, 10_09_2016, Chèrves-Richemeont, étang d'Orlut, Didier (...) Criquet marginé, 27_09_2016, Lésignac-Durand, Valette Didier WOLF Criquet mélodieux, 09_09_2016, Chèrves-Richemeont, étang d'Orlut, Didier (...) Criquet pansu, 23_09_2016, Jauldes, Combe de Renaud, Didier (...) Criquet tricolore, 12_09_2016, Voulgézac, Didier WOLF Criquet tricolore, 12_09_2016, Voulgézac, Didier WOLF Criquet vert-échine, 28_09_2016, Lésignac-Durand, Valette Didier (...) Pélodyte ponctué, 18_09_2016, Fabrice CADILLON Bouscarle de Cetti, Marais de Longré, 10_09_2016, Danièle RAINAUD Gorgebleue à miroir, Marais de Longré, 10_09_2016, Danièle RAINAUD Gorgebleue à miroir, Marais de Longré, 10_09_2016, Danièle RAINAUD Elanion blanc, 05_09_2016, Mons, Didier WOLF Rat noir, 11_09_2016, Javrezac, Didier WOLF Cerf élaphe, 22_09_2016, Didier WOLF Cerf élaphe, 22_09_2016, Didier WOLF
Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | Espace privé | visites : 811473

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Photos du mois   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License