Conduite économique ?

mardi 11 octobre 2016 par charentenature

La conduite économique est mieux connue sous le nom de "éco-conduite". Elle entre dans le cadre d’une démarche citoyenne visant à réduire l’impact négatif de la voiture sur l’environnement.

Le plus difficile consiste à faire adopter par le conducteur un comportement "éco-citoyen" et contribuer ainsi au respect de l’environnement.

Sécurité routière et écologie

Le mariage sécurité routière et écologie peut sembler curieux. Cependant, lorsque l’on ne peut faire autrement que prendre son véhicule, la conduite apaisée sollicite moins les moteurs et entraîne une consommation réduite de carburant ainsi qu’ une moindre usure des composants du véhicule.

Mais que peux-t-on faire ?

Un ensemble de choses simples, de bon sens et faciles à mettre en oeuvre. Voici quelques conseils dont la liste n’est pas exhaustive.

- Vérifier la pression des pneumatiques - car une étude Michelin démontre qu’une pression inférieure de 25% à ce qu’elle devrait être entraîne une augmentation de consommation de 2% ;

- maintenir le véhicule en bon état de fonctionnement ;

- se débarrasser de poids supplémentaires tels que les porte bagages et barres de toit qui ralentissent les véhicules et entraînent un surplus de consommation de 1 à 3 l aux 100 km.

- passer la vitesse supérieure à bas régime, car ce comportement entraîne un gain important de carburant, de rejet de Gaz à Effet de Serre et en terme de bruit.

- les véhicules essence ou GPL : 2500 t/mn, - les véhicules diesel 1500 t/mn, - les camions : 1500 t/mn.

(Faire tourner le moteur au ralenti avant de partir est inutile et pollue : rouler doucement pendant les 5 premiers km suffit)

- utiliser de façon systématique le rapport de vitesse le plus élevé en évitant quand c’est possible, de rétrograder à l’approche des intersections, giratoires, etc…

- ne pas conduire de façon "sportive" car l’adaptation d’une conduite souple peut générer jusqu’à 40 % d’économie de carburant ;

- maintenir une vitesse constante au régime plus adapté ;

- anticiper en regardant suffisamment loin pour solliciter les freins le moins possible (moins on freine, moins on use les freins et donc moins de rejets de particules de plaquettes et disques) ;

- décélérer et rétrograder le moins possible (utilisation du frein moteur = coupure d’injection = consommation zéro) ;

- couper le moteur lors des arrêts momentanés. Au delà de 15 à 20 secondes, ne pas hésiter à couper le moteur puis le rallumer quand la voie est libre, car la technologie des véhicules modernes (allumage, injection, etc..) le permet ;

- éviter l’utilisation systématique de la climatisation qui entraîne une surconsommation de carburant de 25 à 30 % en ville et représente à elle seule 10 à 20 % des rejets de Gaz à Effet de Serre ;

- utiliser plus couramment les systèmes embarqués permettant de mesurer les données relatives à la consommation de carburant ;

- respecter les limitations de vitesse pour économiser le carburant.

… et maintenant… bonne route !

Annie VINCENT

Administratrice de Charente Nature


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | Espace privé | visites : 844373

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ACTIVITES  Suivre la vie du site Activités environnementales  Suivre la vie du site • Energie   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License